Site de l'académie de Versailles

Accueil > Dispositifs spécifiques > Classe d’accueil UP2A (élèves non-francophones) > L’intégration des nouveaux arrivants UPE2A...

L’intégration des nouveaux arrivants UPE2A...

mercredi 24 février 2016 par Mme MENIVAL

L’intégration des nouveaux arrivants UPE2A

Arriver en France, puis arriver dans un nouveau collège et devoir s’adapter à toutes sortes de nouveaux codes, ce n’est pas une mince affaire. Les groupes de classe sont bien souvent déjà construits quand arrive un nouvel élève allophone. Les langues parlées dans la classe d’UPE2A ne sont pas toujours communes. Les camarades de classe ne sont pas toujours sensibles à la difficulté que cela représente, et les groupes classe sont si grands qu’il est difficile pour chaque professeur de ménager des temps et des travaux individualisés pour ces profils particuliers d’élèves.
Aussi, il revient au professeur responsable de la section, au sein de l’établissement, de mettre en œuvre différentes stratégies qui rendent possible une inclusion réussie de l’élève dans son nouvel espace scolaire.
Voici quelques pistes qui me semblent, en tant que professeur d’UPE2A du collège Louis Paulhan, particulièrement utiles à cet égard. La réunion de présentation du début de l’année est le moment idéal pour projeter un Powerpoint à l’ensemble de l’équipe pédagogique, afin de présenter la section, son rôle, le profil des élèves déjà inscrits ou connus, et surtout, le moment d’insister tout particulièrement sur la nécessité de travailler en commun. A cette fin, j’envoie des emails qui présentent chaque élève à destination de l’équipe pédagogique de sa « classe ordinaire », à l’issue de la première prise de contact avec celui-ci. Je formule un premier diagnostic concernant son niveau de français, je résume – autant que possible - sa situation et sa biographie linguistique, tout en organisant un rendez-vous de présentation avec sa famille et l’assistante sociale du collège. Les informations qui permettent de décrire le nouvel arrivant sont reprises dans un tableau synthétique, qui est envoyé dès la rentrée, puis réactualisé à chaque modification, à l’ensemble de l’équipe pédagogique du collège. Il est aussi consultable sur ma plateforme numérique, dans l’espace numérique du collège.
J’y précise les informations administratives utiles à la gestion des présences et des absences, mais surtout ses compétences linguistiques – parfois variées, des apprenants. Par exemple, si l’apprenant parle anglais ou une autre langue que les professeurs seraient susceptibles de connaître, s’il écrit et lit le caractère latins ou non, son niveau selon le CECRL, dont je fournis un tableau synthétique permettant de comprendre rapidement de quoi il est question (voir en annexe).
Il est important de signaler sa présence lors des pauses (récréations, pauses déjeuner…), et de répéter souvent qu’en cas de question ou de remarque quelconque, nous sommes complètement disponible pour communiquer au sujet de chaque élève. C’est lors de ce type d’échange informel mais régulier que l’on peut confronter les ressentis en cours de FLS et dans la « classe ordinaire » ; résoudre les éventuels conflits ou sentiments d’exclusion… Ce dialogue continu est aussi assuré auprès de l’infirmière, qui peut gérer les questions d’hygiène et informer sur les rendez-vous médicaux nécessaires, avec l’assistante sociale pour les questions de matériel scolaire manquant et pour le bien-être de la famille, et avec la conseillère d’orientation psychologue. Je pense qu’il faut être très présent en salle des professeurs pour que les uns et les autres puissent dialoguer naturellement au sujet de chaque élève. Des réunions peuvent être aussi aménagées dans le courant de l’année, entre pairs, dans le cas où la communication se révélait être difficile entre collègues ou pour simple information concernant l’évolution de chaque élève. Chacun fait part de ses observations, et l’on découvre souvent des pistes très enrichissantes pour comprendre le nouvel arrivant.
Cette représentation est importante à tous points de vue ; aussi, les moments privilégiés de l’année où sont réunis parents, professeurs et élèves du collège, par exemple les portes ouvertes ou le spectacle de fin d’année, doivent être l’occasion de montrer l’intérieur de la classe et son fonctionnement, de rendre visibles les élèves et de les valoriser auprès de leurs camarades. Par exemple, nous avons projeté un film aux parents, élèves et à l’ensemble de la communauté pédagogique qui mettait en scène un nouvel arrivant. Sous la forme d’un documentaire romancé, toutes les personnes qui côtoient le collège pouvaient voir comment nous travaillons et comment le nouvel arrivant perçoit le collège à son accueil. La webradio peut permettre aussi de simuler des interviews d’élèves… D’autres personnels du collège peuvent accompagner les élèves dans cette intégration. Nous associons toujours les élèves à leur « classe ordinaire » à l’occasion des différentes activités culturelles (sortie au théâtre, au musée…) organisées par les professeurs. D’autre part, il est important d’être particulièrement réactif lors des inscriptions à l’école ouverte, par exemple, ou à ce type d’atelier. Les élèves font des sorties ou des travaux au collège avec les élèves des autres classes. C’est de plus souvent un moment privilégier pour se rapprocher de la culture française : les sorties à Paris laissent toujours des souvenirs précis aux uns et aux autres.
Leurs compétences linguistiques peuvent être, d’ailleurs, valorisées tout au long de l’année, quelles que soient les tâches en classe ordinaire. Les professeurs de l’équipe du collège valorisent constamment, par des allusions, les élèves d’UPE2A, et insistent sur la difficulté de leur posture et le courage avec lequel ils surmontent les obstacles à leur sociabilisation.
Parallèlement, un espace de représentativité facile d’accès et qui rend visible la classe d’UPE2A tout au long de l’année est le site Internet du collège ainsi que l’espace numérique de travail s’il en existe un dans l’établissement. Tous les prétextes sont bons pour poster des images, des textes et des vidéos qui permettent d’inclure ces élèves à la vie de l’établissement ! Lors de la journée portes ouvertes, lorsque des évènements culturels sont organisés dans l’enceinte du collège, à l’occasion de travaux d’expression orale enregistrés, de saynètes filmées en classe…
Enfin, d’une année scolaire sur l’autre, le regroupement de ces élèves en binômes ou à trois dans la « classe ordinaire » permet de s’assurer que la rentrée ne sera pas trop difficile. Ceux qui ont un niveau linguistique moins élevé en français peuvent s’appuyer sur les plus avancés, et même sans parler, se sentir entouré par un ou plusieurs camarades dans la même situation est très réconfortant. Les élèves de la section du collège, ici à Louis Paulhan, font vraiment corps, veillent les uns sur les autres, s’entre-accompagnent d’un cours à l’autre ou à la cantine, même quand ils ne sont pas dans la même classe, et même quand on ne peut pas parler l’un avec l’autre. Pour autant, ils ne s’excluent pas du groupe « classe ordinaire », et se mélangent volontiers avec les camarades d’origine francophone. Cette cohésion est bien sûr toujours encouragée lors des cours de FLS, ce qui devient une habitude, une sorte de rituel d’accueil qui durerait toute l’année.


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Collège Louis Paulhan - Sartrouville (Académie de Versailles)
Directeur de publication : Mme Marchal